Florence HalazyL'Entre Vous
00:00 / 34:04
Florence Halazy.jpg

Les émotions musicales de Florence Halazy

« (..) les premières fois de ma vie où je suis rentrée dans un club, j’ai halluciné, écouter cette musique que j’aimais sur un énorme Sound System (..) me donnait des frissons »

Loin du calme et de l’intimité créé par l’atmosphère du studio d’enregistrement, Théo Fragnière et
Florence Halazy ont initié pour vous, leur rencontre, dans un des couloirs passants de la radio
romande Couleur 3. Ensemble, ils abordent les goûts de Florence, ainsi que ses deux métiers. Celui
de programmatrice musicale et puis celui de DJ Set. Ils échangent aussi sur ce qu’est le média radio
d’aujourd’hui. Enfin, et bien sûr, la musique qui est la grande passion de Florence, est le fil rouge de
cet entretien.

 

Entretien enregistré en février 2020, retrouvez les programmes musicaux quotidiennement sur Couleur 3.

Présentation - Théo Fragnière

Réalisation - Caroline Favre 

Programmation -  Nathan Perrin 

Rédactrice en chef - Ivana Mikulic
Rédactrice - Alisson Shepherd

Rédacteur article web - Nadège Mancinelli

Producteur associé - Léo Michalet

 

La musique pour Florence est avant toute chose une histoire de famille. Elle grandit avec une fratrie
et des parents fous de musique. Sans barrière, son éducation musicale s’épanouit tout de même
assez vite vers l’électro au moment des premières sorties en club.
Pas sectaire pour autant, elle reconnait aux autres genres musicaux leurs particularismes. De
manière non exhaustive, elle cite notamment le rapport aux textes dans le rap, et la revendication
pour le rock.

Avec enthousiasme, elle souligne les spécificités culturelles dont elle a particulièrement pris conscience
plus jeune lors d’une échappée en Grande-Bretagne. Elle nous confie son émerveillement devant la
multiplicité des concerts proposés par les anglais, et la diversité des styles. Tout simplement, la
musique est un état d’être en Angleterre.


Pour Florence la musique est une histoire entre soi et soi, d’abord. Il faut prendre le temps, seule au
casque, d’écouter et de découvrir. Bien sûr, le LIVE est la raison d’être des musiciens qui recherchent
le partage avec l’audience.


Le style de programmation musical chez Couleur 3 est plutôt musique indépendante mais tout de
même assez large. La radio est sous mandat de service public ce qui implique de la diversité mais
aussi une programmation qui puisse convenir au grand public. A ce sujet, Florence souligne qu’aucun
quota ne favorise la diffusion de musique francophone en Suisse. Néanmoins, les artistes suisses sont
mis en avant et représentent environ 20 % de la programmation.


Programmatrice n’est pas un métier très connu, Florence y vient guidée par la passion et après une
première expérience au Zoo la fameuse scène genevoise dans les locaux de l’Usine à Junction. Au
cours de l’entretien, on apprend que Couleur 3 fonctionne avec une équipe de programmeurs.
Comme dans un journal, il y a une réunion par semaine où chacun et chacune présentent ses coups
de cœur et sa liste de morceaux. Les décisions sont collégiales. La Playlist compte environ 15 000
titres réservoirs et en moyenne 100 nouveautés par mois. En jargon métier, les titres réservoirs sont
des morceaux déjà connus et appréciés par les auditeurs.


Les programmateurs chez Couleur 3 poursuivent un double objectif qui est de plaire avec des
morceaux qui ont déjà fait leurs preuves mais aussi d’étonner le public qui recherche de la nouveauté.

 

Florence est aussi DJ Set. Elle voit ce deuxième métier comme un voyage narratif. Elle prend plaisir à
emmener l’audience avec elle comme un auteur souhaite le faire avec son lecteur.


Florence rappelle que la radio est un media d’accompagnement. L’oreille peut être distraite, l’écoute
pas vraiment fixée. Et puis, aujourd’hui la radio est très fortement concurrencée par la vidéo et les

plateformes digitales (YouTube, Facebook et Instagram). Les habitudes de consommation de l’audio
ont changé.


Avec émotion, Florence partage avec nous des souvenirs d’enfance qui remontent à elle comme des
flashs. Elle confesse volontiers avoir une mémoire d’abord auditive de ses souvenirs. Toujours, il y a
une vision brève et ensuite, le son, prédominant.


Enfin, elle nous en dit un peu sur ses goûts hors musique et hors Pink Floyd qu’elle adore. Le Lauréat
(The Graduate en anglais), un film qui raconte une crise existentielle. L’artiste genevoise Isabelle
Meister pour son œil de photographe. L’écrivain Edouard Louis qu’elle nous recommande de
découvrir si ce n’est pas déjà fait.

Nous suivre

En avoir un peu plus ?

  • Blanc Spotify Icône
  • Blanc Icône Deezer
  • Blanc Twitter Icon